Une randonnée çà se prépare !

capture-decran-2016-11-16-a-23-21-54Au commencement il y avait…

… l’envie de grands espaces, on salive à la vue d’un documentaire à la télé, vautré sur le canapé du salon. Puis vient le rêve d’un lieu. Enfin jaillit la décision de partir.

Puis…

Se met en marche un processus, pas toujours cohérent, qui consiste à rassembler pêle-mêle les affaires, décider de la date de départ, trouver un moyen de transport, appeler les amis, trouver un hébergement, acheter l’accessoire qui manquait depuis plusieurs années, etc…
Cette fièvre est aussi un des moments suaves de la randonnée car elle participe aux prémices d’autres plaisirs qui iront crescendo. Au milieu de toute cette agitation un éclair de raison apparaît : ai-je la carte ? Et le parcours ? Quel itinéraire allons nous emprunter ? Et hop, la raison revient, on se calme, et on se retrouve devant la carte et les topo-guides pour choisir notre chemin vers notre paradis.

L’élaboration de l’itinéraire

Tant que la navigation est prévue avec une carte papier, l’emploi du curvimètre de la règle et du crayon suffisent à élaborer la fiche de la rando. Mais que l’usage du GPS soit envisagé, c’est une autre affaire avant d’y entrer les waypoionts et les routes.

Bien sûr il y a la méthode du matheux qui consiste à relever les coordonnées de chaque waypoint sur la carte et de les reporter une par une dans le GPS et à la main siouplait 🙂 . Valorisant mais casse-geule . Sans compter les risques d’erreur dues aux claviers simplifiés des GPS de randonnée.

Il y a la méthode du copieur (ceci dit sans être méprisant) qui relève une trace GPX sur Internet et la charge sans rien vérifier dans son appareil. Après tout une grande partie des randonneurs utilisant une carte papier “copient” eux aussi un itinéraire dans un topo-guide. Dans notre grande majorité nous, randonneurs, sommes des copieurs. On ne nous punit pas pour cela 😉

 Et puis il y a la méthode “geek” (ceci dit également sans être méprisant) qui consiste à préparer son itinéraire avec un éditeur de fichier GPX. Et là, commence la galère (à ce moment là les partisans du tout papier ricanent), car trouver un éditeur GPX relève du parcours du combattant.

Les logiciels et les sites Internet

J’en ai essayé plein. Peu m’ont convaincus.

Les logiciels propriétaires

La majeure partie ne fonctionne que sous Windows. Et je ne vous parle pas de l’accès à la carte numérique…

Ensuite il y a les sites en ligne

Il y a eu l’ancien Geoportail qui permettait de faire cela. Depuis quelques temps le site à changé et je n’ai pas eu le courage de chercher à nouveau où se cachait l’éditeur, ni même s’il y en avait un.

Jusqu’à présent je conseillais l’usage du site VisuGPX pour voir les traces que je proposais au téléchargement. Depuis quelques temps le site demande un abonnement pour accéder aux cartes IGN Topo.

Je me suis donc remis en chasse d’un nouveau site et je viens de trouver GPXRandoEditeur. Ne vous attardez pas à l’aspect austère de la page d’accueil, le plus beau est caché dedans.

Le site permet :

  • La création des waypoints, exportables dans un fichier au format GPX.
  • la création d’une route, exportable dans un fichier au format GPX.
  • La création de la fiche de synthèse :
    • Profil de la rando,
    • Table de marche,
    • Lieu de RdV,
    • Impression de la carte,
    • etc.
  • La modification des waypoints ou/et d’une route à partir d’un fichier GPX.

Les outils de création sont assez complets et une aide claire est disponible.

Avec de telles qualités je ne sais combien de temps il sera accessible à tous, profitez en 😉

Commentaires fermés

error: Ce contenu est protégé !!