Randonneurs soyez prudents !

Il y a quelques jours un tragique fait divers nous rappelle que parfois la randonnée peut se transformer en cauchemar. Les actualités de l’Ile de la Réunion se font hélas fréquemment l’écho de ces sorties qui ont viré au drame, il suffit de taper dans un moteur de recherche les mots disparition, randonneur, piton de la fournaise pour voir surgir la litanie des décès.
Les faits tels qu’ils sont décrits dans la presse de cette semaine indiquent que la randonneuse s’est égarée en fin d’après-midi dans les environs du Piton de Bert, au bord de l’enclos. Si ce fait divers servant d’introduction à mon article s’est déroulé dans cet endroit particulier, le Piton de la Fournaise, dans lequel les condition météo peuvent rapidement changer et transformer radicalement la difficulté de la randonnée, il n’en demeure pas moins qu’un certain nombre de précautions doivent systématiquement être mises en application quelle que soit la randonnée :

Disparition des V.O.R.

Le site AEROBUZZ signale que le Conseil de Défense Ecologique a décidé de supprimer les balises V.OR. pour faciliter l’implantation d’éoliennes…! À l’heure où se pose la question des redondances de la navigation par satellites et compte-tenu des frais de modification des aéronefs (un simple GPS ne suffira plus) ces démantèlements annoncés provoquent des réactions “très contrastées”.
Certes le V.O.R. aura fait les beaux jours de la radionavigation depuis sa création et jusqu’à ce jour. Mais les progrès de la navigation par satellites couplée aux possibilité de calcul des FMS ont fini par le supplanter parmi les compagnies aériennes, sans toutefois le faire complètement disparaître. Cependant, compte tenu des coûts d’équipement, beaucoup d’aéronefs (particuliers et aéroclubs) ne pourront s’offrir le luxe d’une rénovation.
Reste encore le problème de la sécurité : pour revendiquer une navigation IFR les aéronefs doivent être équipés de deux (x 2) équipements de radionavigation pour assurer une redondance; ce qui augmente encore plus le budget.

La décision s’appuie sur le fait que les pales des éoliennes en rotation perturbent le rayonnement des balises V.O.R. et que, par conséquent, les servitudes aéronautiques interdisent leur implantation dans un rayon de

C17 Infos – Présentation de l’ANAMAN

Vous l’avez remarqué l’aviation tient une place importante dans ma vie. Evidemment dès que mon emploi du temps m’en donne la possibilité je participe aux activités de l’ANAMAN (Association Nationale des Amis du Musée de l’Aéronautique Navale) pour participer à la mise en valeur des collections.
Le musée prenant de plus en plus d’importance nous avons eu le plaisir et l’honneur de faire l’objet d’un reportage sur C17 Infos. Sans plus attendre je vous propose cette vidéo qui, je l’espère, vous donnera l’envie de pousser la porte du hangar :

Bon, le reporter a un peu tendance à confondre porte-avions et sous-marins, mais c’est pas grave notre vice-président rattrape le coup 😉

iPhiGéNie sur un ordinateur

Vous l’aurez remarqué depuis le début de la pandémie ma production s’est fortement ralentie, probablement la faute aux confinements successifs, lesquels ne sollicitent pas beaucoup les activité cognitives.
Cependant les envies de grand air ne me sont pas étrangères et je me surprends souvent à rêver de grandes randonnées loin des quelques kilomètres qui me sont autorisés autour de mon domicile.

En faisant le tour de mes URLs de prédilection voilà t’y pas que je tombe sur l’application que beaucoup de randonneurs recherchaient : pouvoir élaborer ou modifier les traces de leurs randonnées sur leur ordinateur. Et comble de bonheur cette application et entièrement compatible avec l’application phare de cartographie (ou plutôt SIG), j’ai nommé iPhiGéNie.
Que les accrocs de tel ou tel système d’exploitation se rassurent, point de ségrégation : l’application a été portée sur Mac OSX, Windows et Linux; de quoi satisfaire les plus intransigeants aficionados de chaque marque 😉

Bonnes fêtes

2020 a été une année un peu spéciale. Espérons que 2021 verra enfin une sortie de crise…
En attendant je vous souhaite de très bonnes fêtes parmi les vôtres.

MATLAB et GPS

Dans un précédent article j’ai exposé les principes de fonctionnement du GPS. La lecture de ces pages ayant inspiré plusieurs lecteurs, je reçois de plus en plus de demandes de renseignements à ce propos, ce qui n’est pas pour me déplaire.

Parmi ceux-ci il en est qui souhaitent réaliser une maquette ou une simulation sur MATLAB (TP scolaire ou simple curiosité peu importe); nombreux sont ceux qui peinent à comprendre le principe et le fonctionnement d’un étage essentiel des récepteurs : le corrélateur.
Je mets en garde les amateurs, la compréhension de cet étage nécessite des connaissances électroniques et mathématiques approfondies.

Je n’ai pas l’intention de développer ici un cours magistral sur ce sujet. Mais, pour faciliter la tâche à ceux qui s’en sentent l’énergie, je vous propose ci-dessous quelques liens

Il y a 76 ans

Il y a 76 ans le plus grand débarquement de l’histoire avait lieu sur les plages de Normandie. Sans vouloir réécrire ces pages, je vous propose de découvrir le moyen de radionavigation ayant permis de parachuter troupes et matériels aux bons endroits.

Albany et Boston furent les noms de codes des opérations menées respectivement par les parachutistes des 101e et 82e divisions aéroportées américaines dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 lors de l’opération Overlord, dont l’opération Neptune fut la phase d’assaut. Elles furent précédées par la mise en place des pathfinders et suivies par l’atterrissage des planeurs de ces mêmes divisions.

Six zones de saut appelées DZ (Drop Zone) ont été prévues. Chacune d’elles était identifiée par une lettre. Les DZ A, C et D, situées entre la route N13 et Utah Beach, étaient attribuées à la 101e Division ; les DZ O, N et T, situées à l’ouest de Sainte-Mère-Église, à la 82e.
Des éclaireurs, appelés pathfinders, étaient chargés d’aller les baliser afin de permettre le parachutage de masse (13 200 hommes et matériel) qui devait suivre. Pour chaque DZ, trois C-47 (appelés Dakotas par les Britanniques) étaient chargés de parachuter chacun une équipe (stick) de 18 pathfinders. Deux C-47 furent ajoutés pour le largage de pathfinders chargés de rejoindre et de baliser des LZ (Landing Zone) qui seront utilisées plus tard pour l’atterrissage des planeurs. Il va de soi que les équipages chargés de larguer les pathfinders furent sélectionnés parmi les plus expérimentés en navigation aérienne.

Une équipe de pathfinders comprenait une dizaine de spécialistes chargés du balisage tandis que les autres hommes étaient chargés de leur protection. Le balisage était réalisé à la fois avec des moyens visuels (lampes, la nuit ; panneaux et fumigènes, le jour) et des moyens radio-goniométriques. Les lampes utilisées étaient conçues pour être vues uniquement du ciel et n’étaient allumées qu’au dernier moment. Les moyens radio-goniométriques étaient  des émetteurs radio (AN/PPN-1A Beacon) plus connus sous le nom de balises EUREKA amenées, à raison de 2 par stick, par les pathfinders. Les avions leaders de formation furent, quant à eux, équipés d’un système REBECCA qui les guidèrent vers la balise qui leur était attribuée.

Je vous propose de découvrir ce moyen de radionavigation peu connu.

COVID-19 / Prophylaxie

😀

Peut-être rigolo mais pensez-y : ya pas que les mains qu’il faut désinfecter !

Le confinement n’empêche pas de rêver

Nous vivons tous une étrange période, nous voilà enfermés et il faut s’occuper. Il nous reste donc que les activités d’appartement : TV, bricolage, Internet, lecture, etc. Si les premières nous laissent peu de place aux activités cognitives, les secondes, en revanche, nous permettent de nous évader par l’imaginaire.
Pour ceux qui manqueraient d’idées, je vous emmène (virtuellement) dans l’océan indien; dans l’île de la Réunion bien sûr !

Crédits : https://youtu.be/30MGFZL2tLQ

Voilà une occasion pour ceux qui ne connaissent pas ce petit coin de France de se faire une idée des randonnées possibles et un sujet d’occupation en les préparant pendant cette inaction forcée.

Restez chez vous et respectez le confinement afin de pouvoir faire encore de belles randonnées…

COVID-19

Sur un blog consacré à la randonnée on s’attendrait à trouver des articles décrivant les plaisirs d’un nouveau circuit ou d’un superbe hébergement à proximité de ce terrain de jeux.
Hélas, l’arrivée d’un indésirable chamboule tous nos projets et voilà qu’au lieu de penser à gambader nous sommes obligés de nous enfermer à la maison. Dur pour un randonneur habitué au grand air.

Malgré le risque, parfois mortel, de cette pathologie, certains de nos contemporains transgressent l’obligation du confinement que tout le corps médical nous explique pourtant à longueur de journées. Peut-être se sentent-ils invincibles ? Leur état de santé s’il est apparement bon peut cacher ce redoutable ennemi pour d’autres.
Leur vient-il à l’idée que leur égoïsme peut être la cause de décès sur d’autres ? Ces autres pourraient être leurs proches ou leurs enfants…

Avec mes petits bras je mets en ligne cette vidéo où 2 médecins essayent, à leur manière, de faire comprendre cela à un maximum de personnes.

A tous ces inconscients qui croient que les vacances sont arrivées je leur dis RESTEZ CHEZ VOUS !
Ne sortez que pour faire vos courses et arrêtez de vous embrasser ou de coller votre voisin dans les files d’attente, toussez ou éternuez dans votre manche, arrêtez de postillonner sous le nez de votre voisin !
C’est à ce prix que nous retrouverons le plaisir de belles randonnées…
D’ailleurs, mettez donc à profit cette période de confinement pour préparer avec envie vos prochaines sorties. Le plus beau voyage n’est-il pas celui que l’on n’a pas encore fait ?

error: Ce contenu est protégé !!