L’arroseur arrosé

Un fait divers récent est passé relativement peu aperçu et pourtant il révèle, non seulement, la présence toujours accrue des menaces qui pèsent sur nos vies digitales, mais aussi le savoir faire de ceux qui luttent pour nous protéger.

Aidés par la Sté Avast, le centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N) a utilisé une méthode plutôt originale pour  désinfecter à distance plus de 800 000 ordinateurs infectés par un botnet. Quand j’vous disais que c’étais des gens biens… 😉
En effet, ils ont utilisé la même faille, celle qui avait permis aux cybercriminels d’infester un grand nombre de machines, pour éradiquer la menace et obtenir les informations nécessaires pour engager des actions en justice.

Il est plaisant de constater que les failles exploitées par les cybercriminels ont elles-même servi à stopper l’attaque.
C’est par ici.

Tristesse

Ce soir j’ai encore perdu un être qui m’était cher. Ma tristesse et mon désarroi sont immenses.

Sa passion était la peinture; je lui adresse ce poème.

Arrêter de courir, se poser un instant,
Et laisser le pinceau nous bercer de silence,
Un silence intérieur où l’âme se détend,
Et le hasard de l’eau fait naître les nuances…

Du projet à la réalisation

Emporter son appareil photo en randonnée nécessite toujours un compromis pour le porteur du sac à dos. Il faut à la fois y loger quelques effets de rechange, de la nourriture et boisson, quelques accessoires de première nécessité et… l’appareil photo.

Suivant le degré de maîtrise photographique de son propriétaire, le matériel nécessaire peut vite représenter un surplus de poids non négligeable. En plus il convient de protéger l’ensemble de la pluie, des chocs sans pour autant nuire à un accès rapide.

Mes recherches du sac à dos idéal sur Internet se sont toujours soldées par un échec. Soit le sac possédait un compartiment photographique adapté mais son compartiment vie (quand il était existant) ne permettait même pas d’emporter un malheureux casse-croûte, soit le rangement du matériel photographique était anecdotique…

Méfiez vous des contrefaçons !

Ça y est les vacances sont arrivées. Vous voilà en train de préparer vos bagages et parmi ceux-ci votre appareil photo numérique.
Toujours soucieux de ne pas perdre une seule image de votre périple, vous vous mettez en chasse d’une carte mémoire supplémentaire. Votre moteur de recherche préféré vous déniche le modèle désiré à un prix défiant toute concurrence. Vous voici prêt à cliquer sur la bonne affaire. Mais êtes vous sûr de faire une bonne affaire ? Attention ! Les offres à bas prix cachent souvent des contrefaçons avec leur corollaire : des performances sans rapport avec le modèle convoité.

Pour ne pas vous faire piéger, lisez donc cet article de Les Numériques. Un homme averti en vaut…

Bonne lecture et soyez vigilants lors de vos achats.

J’ai du retard….

…non pas à l’allumage, mais sur la publication de mes randonnées 😀

Voici quelques temps j’ai fait une petite randonnée dans le marais mouillé. Pour ceux qui ne connaissent pas ce petit coin du marais poitevin vous trouverez ici quelques éléments vous permettant de vous faire une idée des lieux.

Mais plutôt que des grands discours vous trouverez sur ma page randos la description de cette reposante balade avec, comme toujours, une trace GPS à télécharger.

Faites de belles randonnées.

L’OMEGA

Ceux parmi-vous qui êtes, comme moi, allés voir ce petit coin de France qu’est l’île de la Réunion avant 1999, n’ont pas manqué de remarquer ce gigantesque pylône haubané plus haut que la tour Eiffel, près de Saint Paul, au lieu dit “La plaine Chabrier”. Les réunionnais leur ont certainement dit “c’est l’antenne OMEGA”.
À  la question “à quoi çà sert ?” et selon le niveau de connaissance de votre interlocuteur, on vous a peut-être répondu “c’est pour les bateaux !”.
Vous voilà bien avancés. En fait l’OMEGA était un système de radionavigation dont la couverture était mondiale. Elle permettait aux bateaux, sous-marins et avions de connaître leur position avec une précision acceptable presque partout dans le monde.
Mais depuis on a inventé le GPS, lequel a sonné le glas de pas mal d’autres moyens de radionavigation.

Mais comment s’y prenait-on pour couvrir la terre entière sans satellites ? Allez, hop ! Un t’it cours, c’est par ici

Si vous aimez les anecdotes aéronautiques authentiques, voici quelques lignes écrites par un ancien de la Sté CROUZET.

Le Piton de la Fournaise

Les actualités n’en parlent plus mais le volcan de l’île de la Réunion est toujours en éruption (à ce jour 01 mars 2019). Ce phénomène inhabituel par sa durée est le signe d’une vigoureuse santé, le classant probablement au premier rang mondial pour la fréquence de ses éruptions.

Le dernier  Bulletin de l’Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise indique :

“Sur les dernières 36 heures, 1 seul séisme volcano-tectonique superficiel sommital (au dessus du niveau de la mer) a été enregistré” précisent les scientifiques de l’OVPF.

  • Après une déflation de l’édifice liée au transfert de magma qui s’est produit le 18/02/2019, les déformations de la zone sommitale ne montrent pas de signaux particuliers.
  • Les concentrations en CO2 dans le sol en champ proche (secteur gîte du volcan) restent élevées.
  • Sur les dernières 36 heures : “les débits de surface estimés à partir des données satellites, via la plateforme HOTVOLC (OPGC – université d’Auvergne), fluctuaient entre <1 et 12 m³/s. A noter que les faibles valeurs (ou valeur nulle) sont enregistrées lorsque la couverture nuageuse ne permet pas d’acquisition”.

Je vous propose une petite randonnée dans les dessous du phénomène. Mettez vos casques, c’est par ici…

Si vous voulez surveiller la bête en temps réel voici l’adresse de la webcam panoramique du site : https://www.reunion.fr/pratique/webcams/webcam-volcan-piton-de-la-fournaise

Le TACAN

Encore un truc pour les militaires allez vous me dire; et vous aurez raison. À l’origine le TACAN a été inventé pour permettre le ralliement des aéronefs aux portes-avions de l’US NAVY.

Sa précision, pour l’époque, l’a finalement fait adopter par presque tout ce qui vole, même les civils, c’est dire si ses qualités sont reconnues.

Comme beaucoup d’autres moyens de radionavigation, le TACAN a été développé au lendemain de la seconde guerre mondiale. Mais son impulsion définitive fut motivée par les besoins en radionavigation au cours de la guerre de Corée.

Ce standard mondial s’est finalement imposé dans toutes les armées modernes grâce à sa capacité de mise en oeuvre rapide et cela sous toutes les latitudes. Son heure de gloire s’est prolongée jusqu’à l’arrivée du GPS.

Le mal est réparé

Non, il ne s’agit pas d’un billet d’humeur comme le titre pourrait le suggérer  😆

Ceux, parmi mes lecteurs, qui ont souhaité m’envoyer un courriel via la page À propos, ont dû subir un refus de la part du site et cela depuis un certain temps…

La cause en était un paramètre mal ajusté, lequel provoquait un refus du serveur SMTP. Pour faire plus simple : “çà plantait !”.
Le mal est maintenant réparé et vous pouvez à nouveau m’écrire si l’envie vous vient.

La mesure des distances en aviation

 

Après quelques temps passés à rassembler les données nécessaires à la rédaction d’un article sur le D.M.E., voici une nouvelle page décrivant les principes de ce moyen de radionavigation.

La connaissance des distances par rapport à certaines références terrestres permet, en complément des informations d’azimut du même point, de déduire la position de l’aéronef en coordonnées polaires.

Pour réaliser ce challenge le D.M.E. (Distance Measuring Equipement) a été créé.

error: Ce contenu est protégé !!